Ailleurs Surveillance • Contrôle social Travail • Précarité • Lutte des classes

Notation des allocataires : l’indécence des pratiques de la CAF désormais indéniable

La Quadrature publie le code source de cet algorithme de notation des allocataires de la CAF.

Après plus d’un an de mobilisation contre les pratiques de notation des allocataires de la CAF au côté des collectifs Stop Contrôles et Changer de Cap, et après avoir détaillé le fonctionnement de l’algorithme de la CAF et son cadre politique, nous publions aujourd’hui le code source de cet algorithme de notation. Nous vous invitons aussi à consulter ici notre page de présentation sur l’utilisation d’algorithmes similaires au sein d’autres administrations.

Les détails techniques de l’algorithme (code, liste de variables et leurs pondérations) et de la méthodologie employée pour la construction de profils-types sont présentés dans cette annexe méthodologique.

Petit à petit, la lumière se fait sur un système de surveillance de masse particulièrement pernicieux : l’utilisation par la CAF d’un algorithme de notation des allocataires visant à prédire quel·les allocataires seraient (in)dignes de confiance et doivent être contrôlé·es.

Pour rappel, cet algorithme, construit à partir de l’analyse des centaines de données que la CAF détient sur chaque allocataire, assigne un « score de suspicion » à chaque allocataire. Ce score, mis à jour chaque premier du mois, est compris entre zéro et un. Plus il est proche de un, plus l’algorithme juge qu’un·e allocataire est suspect·e : un contrôle est déclenché lorsqu’il se rapproche de sa valeur maximale.
Lever l’opacité pour mettre fin à la bataille médiatique

Nos critiques portent tant sur la nature de cette surveillance prédictive aux accents dystopiques que sur le fait que l’algorithme cible délibérément les plus précaires. Face à la montée de la contestation, les dirigeant·es de la CAF se sont réfugié·es derrière l’opacité entourant l’algorithme pour minimiser tant cet état de fait que leur responsabilité dans l’établissement d’une politique de contrôle délibérément discriminatoire. Un directeur de la CAF est allé jusqu’à avancer que « l’algorithme est neutre » et serait même « l’inverse d’une discrimination » puisque « nul ne peut expliquer pourquoi un dossier est ciblé ».

C’est pourquoi nous avons bataillé de longs mois pour que la CAF nous donne accès au code source de l’algorithme, c’est à dire la « formule » utilisée par ses dirigeant·es pour noter les allocataires. Nous espérons que sa publication mette un terme à ces contre-vérités afin, qu’enfin, puisse s’installer un débat autour des dérives politiques ayant amené une institution sociale à recourir à de telles pratiques.
L’algorithme de la honte…

La lecture du code source des deux modèles utilisés entre 2010 et 2018 — la CAF a refusé de nous transmettre la version actuelle de son algorithme — confirme tout d’abord l’ampleur du système de surveillance de détection des allocataires « suspect·es » mis en place par la CAF.

Situation familiale, professionnelle, financière, lieu de résidence, type et montants des prestations reçues, fréquence des connexions à l’espace web, délai depuis le dernier déplacement à l’accueil, nombre de mails échangés, délai depuis le dernier contrôle, nombre et types de déclarations : la liste de la quarantaine de paramètres pris en compte par l’algorithme, disponible ici, révèle le degré d’intrusion de la surveillance à l’oeuvre.

Elle s’attache à la fois aux données déclarées par un·e allocataire, à celles liées à la gestion de son dossier et celles concernant ses interactions, au sens large, avec la CAF. Chaque paramètre est enfin analysé selon un historique dont la durée est variable. Visant tant les allocataires que leurs proches, elle porte sur les plus de 32 millions de personnes, dont 13 millions d’enfants, vivant dans un foyer bénéficiant d’une prestation de la CAF.

Quant à la question du ciblage des plus précaires, la publication du code source vient donner la preuve définitive du caractère discriminant des critères retenus. Ainsi, parmi les variables augmentant le « score de suspicion », on trouve notamment :

Le fait de disposer de revenus faibles,
Le fait d’être au chômage,
Le fait d’être allocataire du RSA,
Le fait d’habiter dans un quartier « défavorisé »,
Le fait de consacrer une partie importante de ses revenus à son loyer,
Le fait de ne pas avoir de travail ou de revenus stables.

Comble du cynisme, l’algorithme vise délibérément les personnes en situation de handicap : le fait de bénéficier de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) tout en travaillant est un des paramètres impactant le plus fortement, et à la hausse, le score d’un·e allocataire.
En un graphique

Bien entendu, ces facteurs sont corrélés et ne peuvent être considérés indépendamment les uns des autres. Il est ainsi probable qu’une personne ...

La suite sur la Quadrature du net

Proposer un complément d'info

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.